SALMETEROL

Publié le par ORDRE NATIONAL PHARMACIENS ALGERIENS

CENTRE NATIONAL DE PHARMACOVIGILANCE ET DE MATERIOVIGILANCE

Alerte 1/2005

 

Salmétérol (Serevent®)

Bronchodilatateur à action prolongée donc antiasthmatique assurant une réponse symptomatique continue sur 12 heures au lieu des 3 à 5 heures que l'on obtient normalement avec le Salbutamol ou la Terbutaline. Le Committee on Safety of Medecines de Londres avait signalé des cas de Bronchospasmes chez certains malades sous Salmétérol (BMJ 1992 ; 337 : 1169) et avait vivement déconseillé l'utilisation du médicament en cas d'attaque d'ashtme et qu'il ne fallait pas envisager son utilisation pour réduire la dose de corticothérapie (BNF 2002 ; 44 : 139). Le rapport de la FDA signalait à partir d'une étude sur 13 174 malades asthmatiques, l'éventualité significative statistiquement de décès par arrêt respiratoire chez les malades recevant du Salmétérol comparativement à ceux mis sous placébo. Cependant, la même FDA dans un "Talk Paper" du 14 Août 2003 relève que cette différence est probablement due au manque d'homogénéité de la population étudiée, car les risques d'arrêts respiratoires sont différents entre les populations d'origine caucasienne et celle de race noire, ce qui n'a pas été pris en compte dans l'étude.

 

Elle recommande de se limiter aux indications du Salmétérol à savoir :

-          Traitement symptomatique continu de l'asthme pour les cas nécessitant un bronchodilatateur à effet prolongé (lors d'asthme nocturne, asthme induit pas l'effort)

-          Traitement de la broncho-pneumopathie chronique obstructive

 

Des précautions d'emploi du Salmétérol en cas de Bronchospasme aigu (car début d'action 10 à 20 minutes après son administration et son plein effet bronchodilatateur seulement après plusieurs administrations) et en cas d'aggravation d'asthme, en plus des contre-indications classiques des agonistes adrénergiques B2 comme cirrhose hépatique, grossesse, allaitement, HTA, insuffisance coronarienne.

Pr. A. HELALI, Directeur Général du CNPVM

Publié dans CNPVM

Commenter cet article